Aller au contenu principal

Transidentité et employabilité - Par Stéphanie R.

Lettre ouverte
lettre ouverte logo
Corps

Selon mon expérience et celles de certaines personnes qui vivent une transition, il y a beaucoup de craintes quand nous voulons trouver un emploi. On se pose tellement de questions que les questions en elles-mêmes font peur. Pour favoriser notre intégration, il serait bien d’avoir un soutien concret, une meilleure sensibilisation des employeurs et des lieux sûrs pour les personnes différentes des autres.

Soutien concret pour les personnes trans

Je pense d’abord qu’avoir recours à un organisme ou programme pour aider les trans dans leurs parcours de transition serait très aidant. Les professionnels pourraient alors nous accompagner sur la question de comment réagir contre la transphobie. Ou encore, à trouver des réponses sur comment passer inaperçu sans se faire juger ou avoir l’impression d’être un clown. D’ailleurs,  je suggère de créer un service d’aide pour la féminisation vestimentaire. Ce lieu pourrait aussi offrir des biens et des vêtements à moindre coût et des cours de maquillage. De plus, il pourrait exister un programme qui aideraient les trans à payer leurs psychologues ou autres dépenses liées à leur transition et leur santé mentale.

Sensibilisation des employeurs et employés

Il serait bien aussi d’aider les employeurs et de les sensibiliser pour éviter les préjugés et les questionnements. Il serait aussi nécessaire d’avoir des ressources pour aider les employeurs à mieux intégrer les personnes trans dans leurs milieux de travail et avec leurs collègues. Les employeurs et les personnes en transition peuvent être confronté.e.s au Death name* ce qui peut être stressant pour tout le monde. Il faudrait donc expliquer comment aborder le sujet s’il est demandé dans une entrevue, ou s’il est demandé plus tard quand l’employeur vient vous voir pour dire que les références ne sont pas validées.

*Un Death Name est le nom donné des parents à leurs naissances, quand une personne trans change son nom, celui-ci devient mort. Car ce n’est plus la même personne et le nom n’est peut-être pas unisexe.

Démonstration d’ouverture de la part des entreprises mauriciennes

Il serait bien aussi que les entreprises mauriciennes aident les personnes trans, notamment en ayant des emplacements qui sont plus accessibles et confortables pour les personnes différentes. Sachant qu’ailleurs au Québec, des entreprises et organismes ont commencé à afficher un logo pour montrer que leurs établissements sont sécuritaires pour la communauté trans, ce serait agréable d’en voir apparaître très prochainement en Mauricie.

Suis-je la seule qui pense à la même chose? Et vous que faite vous pour faire intégrer les personnes trans dans vos milieux ?

 

Myriam Mongrain et Geneviève Girard souhaitaient permettre à nos jeunes et à nos partenaires de prendre la parole, notamment par rapport à la pandémie. Elles ont donc créé le projet « Lettre ouverte » qui permet de s’exprimer par rapport à un enjeu de société. Si tu souhaites réagir à un enjeu, écris-nous.  

Publié par

Geneviève Girard
J’ai créé ma première entreprise de vente itinérante à l’âge de 5 ans et un journal étudiant en 6e année, je suis une passionnée d’entrepreneuriat et d’implication citoyenne! À preuve, j'ai participé à un conseil d’administration d’une entreprise d’économie sociale en démarrage et je suis collaboratrice pour un blogue sur l’achat local.
Designed by Cisco Certification