Aller au contenu principal

Le temps - par Jean-Philippe Murray

Lettre ouverte
lettre
Corps

Myriam Mongrain et Geneviève Girard souhaitaient permettre à nos jeunes et à nos partenaires de prendre la parole, notamment par rapport à la crise actuelle. Elles ont donc créé le projet « Lettre ouverte » qui permet de s’exprimer par rapport à un enjeu de société.

 

La crise sanitaire me donnait un cadeau précieux : du temps.

Mais la vie doit continuer ! Il faut travailler, faire un peu de temps supplémentaire, s’occuper de la maison, prendre soin des enfants, rester en forme, et trouver le moyen de s’amuser quelques heures le dimanche… Avant de recommencer ! On n’a pas de temps à perdre à comprendre pourquoi on a mal.

Puis sans crier gare, voilà qu’on nous met sur pause. On ne sait plus meubler le temps, on angoisse, on fait du pain aux bananes, des tartes, des gâteaux, du ménage, du bordel, on écoute les nouvelles, on angoisse encore plus et… On finit par se calmer, un peu. On s’écœure de manger du pain aux bananes chaque matin et des tartes tous les soirs, et on se demande : pourquoi est-ce que j’ai cuisiné autant ? Parce que je ne savais pas que je pouvais faire autre chose qu’être occupé, probablement.

Quand on ralentit la cadence, quand on se met à prendre notre temps, on commence à entendre ce qui se passe dans notre tête. On se met à réfléchir, on se rend compte que les choses ne font plus de sens, et que ce n’est pas nouveau comme affaire ! Pourquoi est-ce qu’on travaille à se rendre malade, pour espérer 2 semaines de vacances afin de ne pas tomber malade ? Pourquoi est-ce qu’on achète tant, que l’on produit tant, en détruisant l’environnement qui nous fait vivre ? Pourquoi est-ce que l’on doit retourner travailler, pour encore plus enrichir 1 % des plus riches alors qu’on a de la misère à payer notre loyer et que d’autres ne mangent pas à leur faim ? Parce que c’est ça la vie, qu’on nous dit !

… c’est ça la vie ?

Avec ce petit doute, on devient spirituel. Et ce n’est pas une question de religion. On est spirituel quand on a de l’esprit, c’est dans le mot ! On est spirituel quand on réfléchit et que l’on vit. On est spirituel quand on aime et que l’on est aimé. On est spirituel quand notre tête et notre cœur sont en accord sur quelque chose. Et en ce moment, pour beaucoup de gens, leurs cœurs et leurs têtes hurlent qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Ça ne peut pas être ça la vie ! On a plus tant envie de retourner à la normale. Retourner à l’anormal…

En reprenant le temps que « la vie » te vole, tu réfléchis un peu plus, tu prends soin de toi, tu améliores ta santé mentale, et physique. Tu commences à prendre soin des autres, tu te rends compte de la misère du monde, de l’inégalité de nos systèmes, de l’ironie de travailler 5, 6, 7 jours par semaine pour te payer des vacances… Tu te mets à prioriser les choses qui sont les plus importantes pour toi. Ton cœur et ta tête sont de plus en plus en accord et tu deviens de plus en plus heureux ! Après ça, c’est comme de la magie. Plus t’es heureux, plus tu veux que les autres le soient.

Peut-être que tu vas t’impliquer dans une cause communautaire pour essayer de soutenir les gens dans le besoin. Peut-être que tu vas jardiner pour aider une cuisine communautaire. Peut-être que tu vas devenir écolo pour essayer de sauver l’environnement. Peut-être que tu vas commencer la méditation. Peut-être que tu vas remettre à sa place un raciste dans l’autobus.

Je ne sais pas exactement ce que tu vas faire quand tu vas être heureux et que ta tête et ton cœur vont être en accord. Mais je sais que tu vas faire quelque chose.

Pis que ça va être beau en maudit. 

Dans tous les cas, y’a de l’espoir.

L’espoir qu’on se rende compte, tout le monde, qu’on a perdu le sens de la vie, qu’on ne sait plus être heureux. Qu’il faut qu’on s’arrête, qu’on ralentisse. Qu’on dépense moins pis qu’on se parle plus.

Que toute une jeunesse marche dans les rues (à deux mètres de distance, svp !) pour réclamer une justice pour la terre et tout ce qu’elle abrite, réclamer une justice pour son prochain, réclamer le temps d’être spirituel et pas juste matériel… Réclamer le temps de vivre !

La pause qu’on a vécue, c’était un aperçu de ce qui est possible. On peut aider les autres. On peut aider la planète. On peut avoir du temps. Il suffit de se donner la chance. Je ne sais pas quand ça va « bien aller ».

Mais je crois en toi. Et je dis « toi » parce que l’on me raconte qu’une fois passé l’âge de 35 ans (c’est mon cas !), la planète ne nous appartient plus, qu’elle est « aux jeunes », à toi, à vous.

Mais ça ne veut pas dire qu’il faut que j’arrête. Je pense que ma job aujourd’hui, c’est beaucoup de te transmettre le message : tu peux exiger plus de la vie, tu as le droit et c’est possible d’avoir mieux, si tu y crois. Sors dans la rue, manifeste, implique-toi en politique, investis la politique, change tes habitudes, change les habitudes des gens autour de toi, exige mieux.

Tu y as droit.

Jean-Philippe Murray, animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire

Publié par

Geneviève Girard
J’ai créé ma première entreprise de vente itinérante à l’âge de 5 ans et un journal étudiant en 6e année, je suis une passionnée d’entrepreneuriat et d’implication citoyenne! À preuve, j'ai participé à un conseil d’administration d’une entreprise d’économie sociale en démarrage et je suis collaboratrice pour un blogue sur l’achat local.
Designed by Cisco Certification